Rechercher
  • LP

Apprendre à gérer les compulsions alimentaires


Dans notre société occidentale, manger ses émotions est devenu une routine tolérée par beaucoup d'entre vous (nous !). Même pour les personnes qui n'ont, à priori, aucun problème avec l'alimentation.


On mange pour célébrer un heureux évènement, ou bien au contraire pour se rassurer face à une situation compliquée. On offre des chocolats en guise de remerciement et on se rue sur le pot de glace lorsque l'atmosphère est électrique à la maison ou au boulot. Ce sont tout autant de situations où la nourriture n'a pas sa "place" mais on lui donne.


Comment redonner à la nourriture la place qui lui revient ?

L'idée ce n'est pas de stopper vos envies, mais plutôt de ne pas en être victime. J'ai souvent tendance à dire que lorsqu'on ne répond pas à une envie, elle se fera encore plus forte et surtout encore plus excessive dans quelques jours. Et c'est là où intervient la notion de compulsion. L'incapacité totale à contrôler une envie démesurée, provient inévitablement de la frustration face à une envie somme toute raisonnable.


Ne pas consommer une part de tarte par culpabilité, revient très souvent à engloutir la moitié, sinon la totalité de la tarte un peu plus tard quand la frustration prend le dessus. Soyez tendre avec vous. Écoutez-vous et cessez de vous flageller pour votre gourmandise, qui n'est pas un si vilain défaut que cela !




Compulsion alimentaire : le cercle vicieux

La mécanique de la compulsion est assez simple.



>>> Interdictions >>> Envie +++ (frustration / lutte / résistance) >>> Pertes de contrôle (prise alimentaire anarchique et compulsive) >>> Culpabilité >>> Comportement compensatoire (sport, sous-alimentation, technique d'évacuation contrôlée) Et on repart de nouveau sur de l'interdiction...


Même s'il existe une hiérarchie alimentaire, entre ce qui est bon (coucou les super-aliments !) et ce qui l'est beaucoup moins, privilégier certaines catégories d'aliments ne nécessite pas de diaboliser les restantes. Lorsqu'on ne souffre d'aucune maladie qui l'impose, rien n'est à bannir.




Faire la paix avec la nourriture, c'est retirer les interdictions et du même coup, retirer aux aliments leur pouvoir sur vous. Ils perdent peu à peu la charge émotionnelle qu'ils ont acquis au fil de vos régimes drastiques et reprennent leur place de carburant optimal (ou même d'aliment plaisir) et C'EST TOUT !



13 vues0 commentaire